Le projet

Les projets LIFE

Organe financier de l’Union Européenne, LIFE apporte son soutien à des projets environnementaux très variés liés à :

  • la préservation de la biodiversité, des écosystèmes et des espèces (animales ou végétales) ;
  • des actions pour le climat ;
  • la gestion environnementale (déchets, préservation des sols, problématiques liées à l’eau, à l’air …) ;
  • l’information et la communication environnementale.

 

L’un des buts communs de tous les projets choisis, en plus de la préservation de l’environnement, est leur contribution à la mise à jour des réglementations européennes.

Ce programme existe depuis 1992. Pour la période 2014–2020, il est doté d’un budget de 3,45 milliards d’euros.

L’organe LIFE finance notre projet à hauteur de 60 %.

La genèse du projet

Il était une fois un groupe de scientifiques issus de toute l’Europe. Ensemble, ils avaient une idée : produire du métal avec des plantes. C’est comme ça que pourrait commencer l’histoire du projet. Cela ressemble à une idée d’alchimiste fou, c’est pourtant bien réel.

Notre projet fait suite à de nombreuses années de recherche sur le sujet. C’est finalement en 2013, lors d’une conférence, que nous nous sommes décidés à présenter un projet ensemble. Ce dernier s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire autour de la récupération de nickel par les plantes hyperaccumulatrices et de synthèse de sels purs par une métallurgie de cette biomasse. Il vise à mettre en place un outil de démonstration puis à former et à sensibiliser les publics cibles (industriels, agriculteurs, etc.).

Alors que jusqu’alors seul l’aspect dépollution des sols par des plantes était exploité, l’agromine vise à extraire et valoriser les métaux contenus dans ces plantes. On parle de phytoextraction des métaux. Toute la filière est alors concerné : du sol au bio-minerai.

Les objectifs

Le projet LIFE-AGROMINE propose de démontrer à l’échelle du démonstrateur :

  • que les systèmes de culture d’agromine produisent un large panel de services pour l’homme et l’environnement :
    • dépollution des sols
    • production de nickel
    • production d’énergie issue de la biomasse
    • source de revenus pour les agriculteurs dans des régions où les sols sont peu fertiles
    • réhabilitation à des sols de qualité
  • Un bilan énergétique positif de l’agromine, une faible émission de gaz à effet de serre et un stockage de carbone dans les sols,
  • Les conditions de viabilité socio-économique de l’agromine (Analyse techno-économique).